• Fr
  • En
  • Close to the sea

    Dans le sud du Cambodge aux abords du golf de Thailande, l'inquiétude s'évapore.
    Le regard tourné vers l'horizon, les Khmers s'abandonnent à leur pensées. Les ombres que le soleil dessine sont une source de fraicheur hautement convoitées. Les hommes somnolent assis à l'abris. Je découvre la simplicité d'une vie attachée à l'océan. Les feuilles de bananiers se percutent. Un homme nage en plein rêve. Il suffoque la bouche ouverte.

    Voulant donner un peu de couleur à la noirceur d'un peuple marqué par des conflits douloureux, le soleil descend à l'horizon. Les doux chants des pêcheurs l'accompagne. Sur un radeau de fortune, ils dérivent et disparaissent dans une mer embrasée.
    Ici, le temps est pareil à l'eau. Il s'écoule sans laisser de trace.

    La demi-fraicheur de la nuit calme mes pensées. Au Cambodge, la beauté est synonyme de simplicité.
    Et qui a-t-il de plus simple que l'horizon?
    Après l'orange et le rose, le ciel revêt son manteau noir.

    A onze degré au nord de l'équateur en avril, la mousson est proche. Et rien ne peut entraver la force lumineuse d'un éclair déchirant le ciel comme une feuille de papier gachée par un dessin raté. Loin au dessus de l'horizon, l'orage dévoile toute sa splendeur affrayante.
    Les Hommes se font tous petits. Les seules traces de leur présence sont les lumières artificielles des ampoules de leurs bateaux qui vacillent au grès du vent. Elles rappelent qu'ils sont à présent plongés dans l'obscurité. Ils pêchent dans un endroit où l'air et l'eau se partagent le monde à part égale.

    In the South of Cambodia, around the gulf of Thailand, woories disappear.
    Kmers people look at the horizon and give away their thougths. The sun draws many shadows on the floor. They give well deserved rest to men. Some start to get drowsy. I discover a simple life close to the ocean. Banana tree leaves clash with each-other. A man is dreaming. He suffocates his open mouth.

    The sun comes down to the horizon. He wants to give a bit of color to the blackness of people marked by painful conflicts. Fishermen songs accompanies it. On a simple raft, fishermen drift and disappear in a sea of fire.
    Time blends into water. And water blends into time.

    The half-cool of the night calm down my thoughts. In Cambodia, beauty finds itself into simplicity.
    And what is more simple than the horizon?
    After orange and pink, the sky dresses his black suit.

    In april at eleven degrees in the North of the equator, the monsoon is close. Nothing can prevent the thunderbolt brightness. It tears the sky as a sheet of paper wasted by a failed drawing. Far above the horizon, the storm reveals its magnificence.
    Humans fell so small. We find their presence in artificial lights on their boats. The wind gets them some movement. This lights remind us that life is hard on the sea. They are fishing where air and water share the world equally.